La revue Northman – IGN

The Northman sortira en salles le 22 avril 2022.

Deux films sont en guerre au sein de The Northman, le dernier film du réalisateur de The Witch et The Lighthouse, Robert Eggers. La première est une expérience sensorielle fascinante, proche de la transe, qui vous enveloppe dans la première demi-heure. La seconde est une saga de vengeance historique qui semble beaucoup plus simple – dans sa présentation, plutôt que dans ce qui se déroule réellement – ​​tout en se sentant hésitante dans ses représentations de la violence et de la sensualité. Même s’il oscille entre ces deux modes d’expression (l’un beaucoup plus efficace que l’autre), le film d’Eggers finit toujours du bon côté du plaisir, surtout si l’on tient compte du fait que les grands studios hollywoodiens (en l’occurrence Universal et sa filiale Focus Caractéristiques) distribuent si rarement ce genre d’histoire – même la version relativement récente qui se retrouve à l’écran.

L’histoire, sur le papier, est simple. Après avoir vu son père, le roi Aurvandill War-Raven (Ethan Hawke), être trahi et assassiné par son oncle impitoyable Fjölnir (Claes Bang), le prince guerrier viking Amleth (Alexander Skarsgård) revient plusieurs années plus tard, sous les traits d’un esclave, pour étancher sa soif de vengeance et sauver sa mère, la reine Gudrún (Nicole Kidman). Cependant, The Northman fonctionne mieux lorsque l’élan de l’intrigue est une réflexion après coup et lorsqu’il se prélasse dans l’atmosphère enfumée et sombre créée par Eggers et ses collaborateurs. La trahison de Fjölnir, plutôt qu’un simple détail niché dans un prologue tronqué, arrive plutôt à la fin d’une longue section (l’un des nombreux chapitres avec son propre titre à l’écran), dans lequel les personnages sont établis à grands traits, dans lequel Un jeune Amleth (joué par Oscar Novak) est initié au destin dans sa lignée royale, et dans lequel les thèmes du film de prémonition et se précipitent au premier plan.

The Northman – Images exclusives IGN FanFest

La musique, de Robin Carolan et Sebastian Gainsborough, est absolument essentielle, oscillant entre des cordes folkloriques qui évoquent la royauté du roi Aurvandill à son retour de guerre, et des percussions si lourdes – pendant des segments plus sombres et plus spirituels – qu’avec le bon système de son théâtral , la basse ne manquera pas de secouer votre cage thoracique. Une première scène, mettant en vedette Willem Dafoe dans sa trop brève apparition en tant que chaman ressemblant à un bouffon, voit à la fois Aurvandill et Amleth incarner des chiens alors qu’ils se promènent autour d’un feu à quatre pattes, hurlant alors qu’ils puisent dans les instincts animaliers qui existent côté- à côté des hallucinations vives de leurs illustres ancêtres. Ce n’est qu’une des nombreuses séquences de ce type où la partition tonitruante de Carolan et Gainsborough pourrait vous donner envie de vous battre la poitrine et de participer à un rituel à l’écran (cela aide certainement que la cinématographie de Jarin Blaschke, inondée d’ombres profondes et de flammes vacillantes, soit tout aussi aussi étrange qu’invitant).

Ce sens du ritualisme imprègne le reste de l’histoire. Alors qu’un jeune Amleth échappe aux griffes de son oncle, il commence à répéter la phrase «Je te vengerai, Père. Je vais te sauver, Mère. Je te tuerai, Fjölnir » encore et encore, même à l’âge adulte, jusqu’à ce que cela devienne un mantra sacré. Cette mission finit cependant par se compliquer moralement grâce à certaines spécificités surprenantes au fil de l’histoire. Au moment où ces complications surgissent, la notion même d’effusion de sang – effusion de sang apparemment juste, en particulier – prend une tournure spirituelle. Alors que diverses visions éclairées par la lune obligent Amleth à récupérer un sabre mythique pour sa quête, le long chemin vengeur tracé devant lui se mêle aux notions de destin royal dans les premiers stades du film, et avant longtemps, même la violence devient sa propre forme. de rituel tordu.

Alors que les séquences magnifiques et oniriques de The Northman semblent hors du temps, ses scènes plus traditionnelles dans la moitié arrière ont tendance à se débattre. Ils ne prennent pas trop de temps sur les 30 premières minutes, mais une fois que l’intrigue est lancée et que l’adulte Amleth commence son voyage – après avoir passé beaucoup de temps en tant que pilleur violent, parmi un groupe de pillards qui se moulent après les loups et ours, menant à des scènes encore plus invitantes de réjouissances primitives – le film commence alors à s’installer dans un récit hollywoodien plus standard. Ce n’est pas intrinsèquement un problème, d’autant plus que l’élément romantique qu’il introduit présente également un penchant mystique (Anya Taylor-Joy joue Olga, une autre esclave dont les croyances en l’occulte et dont les prières invoquant les forces naturelles se marient bien avec la disposition sanguinaire d’Ameth. ). Cependant, lorsque l’histoire commence à se présenter moins à travers les ombres, la musique, le langage corporel et les rêves, et davantage à travers le dialogue, les faiblesses du film en tant que drame classique commencent à s’accumuler. Au cours de la durée de près de 140 minutes, trop d’échanges semblent assemblés à la hâte et mal construits, avec peu de réflexion sur les relations ou le rythme.

Eggers est à son meilleur lorsqu’il va à l’encontre de la tradition, comme lorsqu’il déloge sa caméra des moments de couverture standard par-dessus l’épaule, et choisit plutôt de passer à des gros plans isolés où les personnages s’adressent pratiquement au public (on a souvent l’impression , dans ces moments, comme s’ils regardaient dans leur propre âme alors que la caméra flotte vers eux). En revanche, le blocage lorsque les personnages échangent des mots semble guindé, avec un œil sur la fonction de l’intrigue plutôt que sur le sentiment, et les coupes par cœur qui les suivent ligne par ligne semblent nettement sans inspiration. Il n’y a pas toujours quelque chose de décalé dans la construction de ces scènes, mais pour un film dont les moments les plus percutants jouent comme des vignettes obsédantes du début du cinéma muet (peut-être même plus que la production 4: 3 en noir et blanc d’Eggers Phare) , les retours fréquents au montage pour la continuité et à la mise en scène pour le dialogue dans un sens purement logistique, aspirent l’air de la pièce.

Une grande partie de la violence est sous-entendue, juste hors écran, mais peu se fait sentir.


Certains de ces moments plus traditionnels se déroulent sur de longues prises et parviennent largement à retenir l’attention, mais lorsqu’ils sont utilisés pour des scènes d’action, les lacunes du film en tant que production spécifiquement hollywoodienne deviennent également apparentes. The Northman a beaucoup de méchanceté qui se déroule dans ses marges, en particulier en tant que conte dont le «héros» est tout aussi impitoyable que ses méchants. Mais un trop grand nombre de ces cas se sentent exsangues, malgré les coups de couteau et les démembrements fréquents ; une grande partie de la violence est implicite, juste hors écran, mais peu se fait sentir. La nudité et la sexualité du film sont tout aussi émoussées. Dans les deux cas, la caméra capture les corps les plus vulnérables – que ce soit dans les moments de passion ou d’effusion de sang – mais seulement brièvement, avant de couper.

C’est une bonne chose que les performances parviennent à refléter au moins certaines de ces idées, soucieuses de la frontière entre violence et passion, même si The Northman hésite à les ruminer dans un sens esthétique significatif. Skarsgård, par exemple, se sent véritablement déchiré entre ses plans de vengeance divinement inspirés et son nouveau désir et son affection pour Olga. Bang, quant à lui, est à la fois l’interprète le plus silencieux et le plus séduisant, utilisant son silence pour introduire des couches cachées et réfléchies à Fjölnir qui ne font que compliquer l’ambition résolue d’Amleth. Kidman maintient particulièrement le film à flot lorsqu’il laisse derrière lui les scènes les plus éthérées, et elle est même au centre du rare échange de dialogues qui semble véritablement viscéral et nauséabond, alors qu’elle puise dans des instincts délicieusement troublants. Et bien sûr, il faut mentionner l’héritier indigné de Fjölnir, Thórir (Gustav Lindh), un personnage mineur, mais dont la présence détestable fait de lui le fils d’échec cinématographique le plus poinçonnable depuis Joseph dans John Wick.

Malgré la croissance de ses éléments moins efficaces, The Northman conserve un sens des possibilités, et grâce aux notions spirituelles qui le sous-tendent. Tout ce qu’Amleth apprend, désapprend ou expérimente dans la chair – quelle que soit la douceur qui l’oblige, sur le plan humain, à dévier de sa voie vengeresse – côtoie ses folles visions de gloire et son désir d’accomplir un destin autodestructeur dans un façon qui fait finalement du Northman une tragédie. C’est cependant une tragédie particulièrement pittoresque qui, dans ses moments les plus efficaces, vous entraîne dans des coutumes palpitantes au coin du feu inondées de tambours battants qui émanent comme du Valhalla lui-même. Cela vaut la peine de tolérer occasionnellement des scènes qui semblent banales en comparaison.

Leave a Comment