pourquoi vous risquez de ne pas aller jusqu’au bout

Après “WandaVision”, “Falcon et le soldat de l’hiver”, “Loki” ou encore “Hawkeye”, Marvel adapte le super-héros mercenaire dans une série en six épisodes. C’est le jeu d’équilibriste de deux personnages, Steven Grant et Marc Spector, en un seul. Bilan des critiques de “Une heure en série”.

Affiche de la série TV
Affiche de la série TV “Moon Knight” de Jeremy Slater à regarder sur Disney + © Disney+

La série présentée par Xavier Leherpeur

Une série créée par Jeremy Slater, qui a travaillé sur d’autres séries comme “L’Exorciste” et “L’Académie des ParapluiesCelle-ci est mise en scène par Mohamed Diab, réalisateur au cinémaLes Femmes du bus 678Grand écart entre ce cinéaste égyptien d’auteur et l’usine Marvel Disney avec, dans les rôles principaux, Oscar Isaac, Ethan Hawke, Gaspard Ulliel.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Cess cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Gérer mes choix

Nina Masson séduite par Oscar Isaac, moins par la série elle-même

Si, à la base, Nina n’est absolument pas une fanatique de l’univers Marvel, elle s’est laissée convaincante d’Oscar Isaac, un acteur dont elle apprécie beaucoup le jeu en général. Cependant, elle regrette des maladresses sur le fond scénaristique dont l’effet “grand spectacle” ne laisse toujours que peu de place au style du réalisateur lui-même :

“Ce n’est pas du tout mon monde et je pense ne pas être la cible première de ce type de fiction. Mais heureusement, il y a Oscar Isaac dans la peau du personnage principal, et là, d’un coup, je me sens Incarné par cette série ! Car c’est quand même l’un des plus électrisants du moment. Il ce héros à double visage avec un talent toujours aussi envoûtant. ombre, ou de la lumière, il se situe.

Ensuite, l’idée du trouble dissociatif de l’identité dans un Marvel, est un territoire narratif auquel je ne m’attendais pas. Sauf que, malheureusement, il est traité d’une façon assez réductrice…

La mise en scène quant à elle, faite de jeux de miroirs, si elle est soignée reste un peu clichée, avec des reflets censés matérialiser les angles morts de la conscience…

En revanche, ce qui fait toute l’originalité de la série, c’est qu’elle est toujours subordonnée à cette intrigue à grand spectacle. Comme si la machine Marvel, avec son kaléidoscope de genres, rattrapait à chaque instant le réalisateur Mohamed Diab qui a tenté, en vain, d’imposer un vrai thriller psychologique, un film d’action, une épopée mythologique.

J’ai beaucoup aimé ce décalage des pyramides au Caire sur fond d’électro-rap égyptien contemporain, mais je ne suis pas sûre que cela tienne sur une saison entière”.

Benoît Lagane regrette une originalité gâchée par le côté blockbuster permanent de l’univers Marvel…

S’il salue une belle surprise, Benoît regrette qu’elle ne se concrétise jamais vraiment, tant l’originalité de l’univers du personnage passe au second plan pour laisser régner le côté blockbuster un peu trop présent chez Marvel : à son goû

“Ce qui fait toute son originalité, c’est que c’est la toute première série Marvel qui n’est pas rattachée directement à l’univers Avengers. C’est plutôt intéressant parce que ça permet à ceux qui ne sont pas fan de l’univers de pouvoir y revenir, notamment grâce à Oscar Isaac dont on découvre pour la première fois le personnage à l’écran (quand on ne connaît pas la BD d’origine).

J’ai vraiment été bluffé par le premier épisode qui avait tout, a priori, pour faire une grande série et un grand personnage. J’ai espéré y voir un nouveau Hulk, celui de la série des années 1970 qui était déjà très psychologique, ou tout compris par la mélancolie. On y retrouve quelques airs dans cette série.

Mais, une fois la nouvelle ambiance mythologique installée, on retombe aussitôt dans le blockbuster ambiant de l’univers Marvel, qui m’a déçu… Au troisième épisode, j’ai toujours envie d’aller jusqu’entau’ surprise sur surprise, mais , au final, je ne suis pas certain de finir conquis…”

À part Oscar Isaac, Pauline Mallet s’est ennuyée…

Pauline a rejoint Nina Masson car on ne fait pas, selon elle, une bonne série ou un bon film avec uniquement des acteurs géniaux. La série présente le double inconvénient de ne pas être suffisamment trépidante pour faire adhérer de nouveaux adeptes à l’univers Marvel…

PM : “Je suis fan d’Oscar Isaac et de l’accent britannique donc rien qu’avec ça je signe tout de suite! Oscar Isaac qui joue ce double rôle à la “Dr Jekyll et Mr Hyde”, pourquoi pas, après, moi qui ne suis pas du tout fan des séries Marvel, une fois passée la première partie du premier épisode, je commence déjà simplifié à m’ennuyer tant c’est hyper laborieux…

Les scènes s’enchaînent, et même dans un univers où le point de départ est hyper séduisant, je n’arrive pas du tout à rentrer dedans… Les personnages sont hyper caricaturaux. Une fois qu’on s’est fait avoir une première fois par le double jeu d’Oscar Isaac, on a vite compris… Le reste du temps, tu peux écrire le scénario tout seul tellement c’est du vu et du revu…”

Passés les lignes nouvelles, la mythologie, des bons acteurs, une réalisation qui fait le job, on est totalement déçu…

La série

🎧 Écoutez l’ensemble des critiques échangées à propos de la série sur le plateau de Une heure en série :

7 minutes

“Moon Knight” de Jeremy Slater

Par Xavier Leherpeur

► La série est disponible depuis sur Disney +

🎧 Chaque samedi à 20hretrouvez les critiques d’Une heure en sérieréunis autour de Xavier Leherpeur, pour parler séries télévisées.

Leave a Comment